Menu Contenu
Saint Quentin Fallavier
Recherche
Menu

Agenda

Fiche Agenda

[Reportée ] Conférence

06 déc.

[ REPORTEE au dimanche 7 mars 2021

à 14h30 à l'Espace George Sand ]

Conférence

Combattre au Moyen-âge
par Bernard Demotz


Lorsque l’on évoque le combat au Moyen Âge, certaines images reviennent invariablement : celle d’une épée encombrante, difficile à manier ; celle d’un combattant lourdement armuré, qui ne peut pas se relever s’il tombe ; celle d’un art de guerre dont l’apprentissage est réservé à une élite, les chevaliers. Et ce même art de guerre est souvent présenté comme sommaire et brutal, surtout en comparaison avec les arts martiaux asiatiques. Tous ces éléments, nous pensons bien les connaître et nous ne les avons jamais remis en question. Car, après tout, nous les avons vus au cinéma et ils correspondent aux enseignements de nos professeurs sur les bancs de l’école (qui eux-mêmes les avaient vus à la télévision ?), ou encore parce que nous les avons lus dans un livre d’un historien de renom (mais qui n’a jamais porté une épée !) Et pourtant…

Les sources historiques donnent, elles, un tout autre regard sur le combat médiéval. Les armes comme les armures – qui ne sont pas si lourdes qu’on le croit ! – sont régies par des contraintes multiples, mais qui impliquent la nécessité de se battre efficacement et potentiellement longuement. L’iconographie livre un corpus technique riche, varié, subtil, qui n’a rien à envier aux formes asiatiques. Enfin, les textes apprennent que l’escrime touche tous les pans de la société, nobles comme roturiers, laïcs comme religieux et hommes comme femmes ! De plus, le combat pour la guerre ou pour le duel judiciaire n’est pas le seul pratiqué ; des formes que l’on pourrait qualifier de loisir, « pour le jeu », « pour le souffle » ou même pour « faire un bel homme », existent dès le XIIe siècle en Occident !

La conférence « Combattre au Moyen Âge » a pour but non seulement de présenter les combattants du Moyen Âge et leurs techniques de combat, mais également comment les historiens et les expérimentateurs arrivent à retrouver ces gestes du passé. Ainsi, un autre regard est proposé sur nos arts martiaux, ce qui contraste avec les clichés véhiculés traditionnellement. Avec les explications apportées, c’est donc toute une partie oubliée de notre héritage culturel européen que le public redécouvre.

Gilles Martinez est historien médiéviste, spécialisé dans l’expérimentation du geste martial.

  • Gratuit.

Renseignements
04 74 94 88 00