Menu Contenu
Saint Quentin Fallavier
Recherche
Menu

Services

Patrimoine communal

Autre patrimoine communal

photo extérieure de l'église de Saint-Quentin-FallavierVoir l'image en grand

L'Église paroissiale

L’édifice voit le jour au XIXème et après de multiples interventions de réhabilitation à travers le temps, l’église est édifiée en 1828 sur un plan en croix latine orientée. Elle est constituée d’une nef centrale, d’un transept débordant et d’un chœur. La nef qui fait une trentaine de mètres de longueur et une vingtaine de mètres de largeur est flanquée de chapelles au nord et au sud. Le clocher est accolé à l’extérieur côté nord-est. La sacristie est aménagée quant à elle au sud-est. L’accès principal se fait par le parvis à l’ouest.
Téléchargez la plaquette pour en savoir plus sur l'histoire de l'Église paroissiale.

 

Les Fours à chaux

Le four occupe une surface d’environs 5 x 6 mètres. Bâti en maçonnerie et couverte en pierre de lauses, il dispose de deux bouches de défournement : soigneusement appareillées, prolongées de voûtes en canonnières murées à leur rencontre. Sur la face Nord, la bouche en plein cintre est décentrée et une nette reprise de maçonnerie fait l’angle en continuité avec la face Est qui est plus longue. Celle-ci ouvre par un arc segmentaire sur un passage situé environs 1 m plus bas que le sol actuel.

Cet espace est fermé d’une voûte en berceau à la naissance de laquelle règne une rangée de moellons réguliers. Une autre rangée, placée beaucoup plus bas, divise le mur ouest au-dessous d’une ouverture fortement ébrasée aujourd’hui obturée. La bouche méridionale du four qui y donne est en arc segmentaire.
En savoir plus sur le rôle des Fours à chaux dans l'histoire de l'économie St-Quentinoise.

photo d'un four à chauxVoir l'image en grand

Les mines de fer

Il ne reste qu’une entrée maçonnée avec chronogramme sur le site de la Roche située sous le Château de Fallavier près de la concession de St-Quentin, et quelques traces sur celle de la Fuly. C’est vers 1834 que sont découverts les gisements du secteur, bien que certain évoquant l’idée d’une exploitation antique de la mine.

En 1843-1844, trois concessions sont accordées, dépassant largement le territoire communal, dont l’une à Victor Frèrejean maitre Frontonas. Quelques particuliers sont autorisés à gratter à ciel ouvert autour de la butte de Monthion, ailleurs les galeries, puits ont été percés et équipés de pompes qui ont permis une exploitation jusque vers 1884 (La Fuly) et 1874 (Saint-Quentin-Fallavier). Celle de la Verpillère a fait l’objet de recherche sans fondements.

Enfin, il y eut jusqu’à 100 ouvriers avec 16 000 tonnes de production annuelle. Les concessions sont accordées à nouveau en 1921, à la Cie des Hauts-Fourneaux de Chasse qui y renonce définitivement en 1933.

 

Le Moulin de Novet

Le site où se situe le moulin se remarque par son canal rectiligne bordé de peupliers alimentant une serve très envasée. Un petit portique en béton marque son ancien déversoir coté route tandis que des murs de maçonnerie en soutiennent la chute (environs 2 m) à l’ouest. Cette chute se déverse à l’emplacement de l’ancien moulin, encore marqué par des fragments de murs suggérant plusieurs volumes. Immédiatement en aval, le ruisseau du Bivet passe sous un petit pont en arc, maçonné et fort étroit, qui correspond probablement à l’ancien tracé du chemin des moulins tel qu’on le voit sur le cadastre napoléonien. Un abreuvoir a été aménagé au pied du mur de soutènement de la serve.
En savoir plus sur le rôle du moulin dans l'histoire de l'économie St-Quentinoise.

photo d'un moulinVoir l'image en grand

Les fossiles de St-Quentin-Fallavier

Le sous-sol de notre commune est connu pour avoir délivré des fossiles de belle qualité : d'ammonites, de bélemnites ou d'orthocera appartenant à l'ère Mésozoïque, plus connue sous le nom d'ère Secondaire. Durant cette période, le territoire de la France est presque entièrement recouvert par les eaux, les dinosaures peuplent la Terre et la Pangée se divise.

Alors que les bélemnites sont des animaux marins apparentés aux seiches, les ammonites sont des mollusques ayant existé entre la fin de l’ère primaire et la fin de l’ère secondaire. Pouvant mesurer jusqu'à 2 mètres de diamètre, elles ressemblaient beaucoup aux nautiles et disparurent en même temps que les dinosaures. La qualité et la beauté des fossiles St-Quentinois peuvent être admiré dans de nombreux musées de France et d’Europe dont le musée des Confluences de Lyon.
En savoir plus sur la richesse et la diversité du patrimoine de St-Quentin-Fallavier.

La Sarrazinière

Sur le flanc de la colline de Monthion se dressent les vestiges antiques d’une construction voûtée et revêtue par endroit d’un mortier de tuileaux, caractéristique de l’époque antique. De forme rectangulaire, le bâtiment est en partie enterré dans le flanc de la colline. Il présente en partie basse des murs un parement régulier de moellons et mesure aujourd’hui intérieurement 7m20 de longueur sur 4m80 de largeur. Cinq niches voutées en plein cintre et régulièrement espacées prennent place dans l’épaisseur des murs. On peut supposer qu’elles servaient à accueillir des statues.

Ces vestiges attestent de la présence d’une communauté humaine sur le territoire, aux alentours du premier siècle de notre ère.

photo de la sarrazinièreVoir l'image en grand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours des XIXe et XXe siècles, des découvertes ponctuelles sont mises au jour dans les terrains environnants : mosaïques au décor géométrique blanc, noir, jaune et gris (détruites), fragment de corniche en marbre, tronçon d’aqueduc… De récentes études géophysiques ont permis d’associer ces vestiges à la présence d’une vaste villa gallo-romaine.

Au Moyen-âge, l’édifice aurait été utilisé comme église primitive par les habitants du hameau de Saint-Quentin. Propriété privée, les ruines romaines de la Sarazinière sont protégées au titre des Monuments Historiques depuis 1950.


Contact

Service Culture et patrimoine
04 74 98 88 00
patrimoine@st-quentin-fallavier.fr